COMITE SYNDICAL DU 7 DECEMBRE

synthese_071216_Page_1Le Comité syndical s’est réuni en séance plénière le 7 décembre à Orléans, sous la présidence de Daniel FRÉCHET.

Pour la partie financière, on retiendra le vote des budgets principal et annexe 2017, ainsi que celui de la Décision modificative n° 4 pour l’exercice 2016.

Sur le plan opérationnel, on notera plus particulièrement des points d’information ou  décisions en lien avec des actions relatives à l’exploitation des ouvrages de Naussac et Villerest, à la prévention et la réduction du risque inondation, à l’aménagement et la gestion des eaux, ainsi qu’à la valorisation du patrimoine.

Retrouvez les principales décisions dans la synthèse,  le diaporama de la séance (ci-dessous) ainsi que l’ensemble des délibérations du 7 décembre.

ppt_071216_Page_01

Téléchargez le dossier de séance :

 

COMITE SYNDICAL DU 12 OCTOBRE

Le Comsynthese_121016_Page_1ité  Syndical s’est réuni en séance plénière le 12 octobre à Orléans, sous la présidence de Daniel FRÉCHET.

Pour la partie financière, on retiendra l’accueil favorable réservé aux orientations budgétaires 2017, ainsi que le vote de la Décision modificative n° 3 pour l’exercice 2016.

Sur le plan opérationnel, on notera plus particulièrement des points d’information ou décisions en lien avec des actions relatives à l’exploitation de l’ouvrage de Naussac, à la prévention et la réduction du risque inondation, à l’aménagement et la gestion des eaux, ainsi qu’à la valorisation du patrimoine.

Par ailleurs, sous l’angle institutionnel, un point d’information a été fait sur la mise en oeuvre de la compétence GEMAPI sur le bassin de la Loire et ses affluents.

Retrouvez les principales décisions dans la synthèse,  le diaporama de la séance (ci-dessous) ainsi que l’ensemble des délibérations du 12 octobre.

ppt_121016

Téléchargez le dossier de séance

Pt 1 ; Pt 2 ; Pt 3 ; Pt 4 ; Pt 5 ; Pt 6 ; Pt 7 ; Pt 8 ; Pt 9 ; Pt 10 ; Pt 11 ; Pt 12 ; Pt 13

Demi-journée technique gestion des systèmes d’endiguement

L’Établissement public Loire a organisé, le 5 décembre 2016 une 1/2 journée technique ayant pour thème la gestion des systèmes d’endiguement sur le bassin de la Loire et ses affluents .

Ouverture des travaux
Etablissement public Loire (Jean-Claude EUDE) – DREAL Centre-Val de Loire (Johnny CARTIER)

IMG_4109IMG_4133

Etat des lieux et perspectives d’évolution sur le bassin de la Loire

Eléments de définition de la gestion des digues (Rémy TOURMENT –IRSTEA)

IMG_4159img_rt

• Etat des lieux sur le bassin de la Loire, Arnaud BONTEMPS – CEREMA (en lien Sébastien PATOUILLARD de la DREAL Centre-Val de Loire et Camille UGUEN de l’Etablissement public Loire)

IMG_4180 img_cerema

 Prise en compte des obligations réglementaires

Evolution de la réglementation, Jean-Marc KAHAN – Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer – DGPR

IMG_4223 img_jmk

• Etude de dangers (EDD) au sens règlementaire, Rémy TOURMENT – IRSTEA & Laurence CASTAGNET – Ville de Tours

IMG_4239 img_rt2

Exemple de sécurisation de digue : Nevers rive gauche/rive droite, Eric BASTAROLI – Agglomération de Nevers

IMG_4247 EPL_05122016_gestion_systeme_endiguement_EB

Cas particulier d’un remblai ferroviaire : Angers-Nantes, Virginie GASPARI – Etablissement public Loire

IMG_4253 05.12.2016_EtudeRemblaiSNCF - Vf

Point de vue du service du contrôle, Kevin JAVOUHEY- DREAL Centre-Val de Loire

IMG_4257 img_kj

Surveillance et entretien des systèmes d’endiguement

Organisation pour l’entretien et la surveillance des digues, Jean MAURIN – DREAL Centre-Val de Loire

IMG_4262 2016-12-05-EPL-Surveillance-entretin-digues-JM

• Expérience de l’Etat gestionnaire au niveau local, Arnaud BOULAY – DDT 45

IMG_4266 img_ddt45

• Expérience d’une collectivité propriétaire et gestionnaire, Frédéric MARLIER – Conseil Départemental d’Indre-et-Loire

IMG_4268 La gestion et l’exploitation des digues Départementales-FM

Financements (études, travaux), Johnny CARTIER – DREAL Centre-Val de Loire

IMG_4282 img_jc


GESTION DE LA CRUE DE NOVEMBRE AU BARRAGE DE VILLEREST

La Loire a connu le 20 novembre dernier une crue de type cévenole, avec de fortes précipitations sur l’ensemble de son bassin versant. Bien que l’évènement de cette année ne soit pas d’une intensité exceptionnelle dans l’histoire de l’ouvrage de Villerest, ce dernier a été amené à assurer ses fonctions d’écrêtement, ce qui n’était pas arrivé depuis 2008.

SERVICE_RENDU_VILLERESTGrâce à l’abaissement automnal prévu par le règlement d’eau du barrage, la cote de la retenue était suffisamment basse à cette période. Néanmoins, compte-tenu des prévisions météorologiques et hydrologiques, une veille permanente a été mise en place par l’Etablissement public Loire dès le 22 novembre matin. L’ « état de crue » (qui correspond à une prévision de dépassement d’un débit de 1 000 m3/s à l’entrée de la retenue) a été déclaré le jour même vers 17h soit 31 heures avant l’arrivée de la crue au barrage. Le niveau de la retenue a alors été abaissé de 2 mètres afin de maximiser la capacité de stockage dans de telles situations.

Dans ces conditions, avec des cumuls de précipitations ayant atteint plus de 150 mm sur 3 jours sur l’Ardèche, la Haute-Loire, le Lignon du Velay… la crue a atteint un pic de 1 000 m3/s à l’entrée de l’ouvrage de Villerest le 24 novembre à 0h00. Grâce à son action d’écrêtement, celui-ci a permis au plus fort de la crue, de diminuer de 200 m3/s le débit de la Loire jusqu’au bec d’Allier.

 Ouverture des 5 vannes de demi-fond du barrage de Villerest en novembre 2016

ecretement_villerestLes apports de l’Allier et du Morvan, qui ont atteint 800 m3/s, soit autant que les lâchers du barrage de Villerest, sont venus ensuite intensifier la crue sur la Loire moyenne, avec un maximum de 1 550 m3/s à Givry le 25 novembre,
1 400 m3/s à Orléans le 27 novembre.

L’écrêtement de la crue au barrage de Villerest s’est terminé dans la matinée du 24 novembre, lorsque la pluviométrie sur l’ensemble du bassin amont est redevenue faible et le débit entrant au barrage plus modéré (inférieur à 500 m3/s). A partir de ce moment-là, la gestion du barrage a alors consisté à gérer sa cote à un niveau constant. Du 24 au 30 novembre, aucune lachûre supplémentaire n’a été effectuée par le barrage. Il a transmis intégralement à l’aval les débits qui y arrivaient, jusqu’à atteindre 140 m3/s.

Le 1er décembre, conformément au règlement d’eau et dans la perspective de la prochaine campagne de soutien d’étiage, le barrage a commencé une phase de stockage afin de remonter le niveau de la retenue à la cote de
315 m NGF.