Stage Actualisation du recensement des résultats de projets de recherche sur l’impact du changement climatique en lien avec les interventions de l’Etablissement public Loire

 

Contexte :

Pour répondre aux enjeux de l’adaptation aux impacts du changement climatique sur le territoire du bassin fluvial, l’Etablissement public Loire a mené et soutenu différentes actions depuis 2007, qui ont permis notamment de :

  • développer la connaissance, notamment sur les effets observés et attendus du changement climatique sur le bassin de la Loire et ses affluents, ainsi que sur les vulnérabilités des activités humaines et des milieux associées.
  • contribuer à la mise en évidence de l’enjeu de l’adaptation à l’échelle du bassin fluvial, à travers le partage et la valorisation de la connaissance acquise, ainsi que le développement des échanges et des synergies entre la communauté scientifique et les acteurs de la décision publique.
  • engager l’intégration opérationnelle des connaissances acquises par certains opérateurs dans certaines de leurs missions.

 

Objectifs et mission :

Le stage aura pour objectifs :

  • l’actualisation du recensement des résultats de projets de recherche sur l’impact du changement climatique sur le bassin de la Loire et ses affluents (déjà réalisé en 2007-2008, puis actualisé en 2014).
  • l’analyse de ces résultats afin d’en restituer ceux qui intéressent particulièrement les interventions de l’Etablissement public Loire, et qui seraient susceptibles d’être utilisés opérationnellement (intégration pour l’aide à la décision, la gestion, l’orientation de nouvelles actions).

 

Le travail comprendra également la capitalisation des résultats recensés en vue de leur réutilisation éventuelle et leur « traduction » permettant une compréhension par des non spécialistes.

Le stage s’appuiera sur un travail bibliographique ainsi que des entretiens ciblés, notamment avec des acteurs de la recherche concernés.

Stage d’une durée de 4 à 6 mois, sous la responsabilité du directeur du développement et de la gestion territorialisée.

Compétences souhaitées et Qualités requises

  • Niveau Master
  • Expérience ou connaissances de la recherche (impacts du changement climatique, gestion de l’eau et des risques associés)
  • Expérience ou connaissances sur l’adaptation aux impacts du changement climatique ainsi que dans les domaines d’interventions de l’EP Loire.
  • Capacité d’analyse, de synthèse et rédactionnelle
  • Maîtrise de l’outil informatique et cartographique
  • Disponibilité et qualités relationnelles

 

Rémunérations : Stagiaire

Poste à pourvoir : à partir d’octobre 2017

Renseignements complémentaires sur le poste :

Benoît ROSSIGNOL – Direction du développement et de la gestion territorialisée

(Tél. : 02.46.47.03.17 – Mail : benoit.rossignol@eptb-loire.fr)

Emmanuelle BRAIBANT – Chargée du personnel

(Tél : 02.38.64.34.86 – mail : emmanuelle.braibant@eptb-loire.fr)

EXPO : CHANGEMENT CLIMATIQUE SUR LE BASSIN DE LA LOIRE ET SES AFFLUENTS

L’Établissement propose une exposition grand public sur les grilles de ses locaux au 2 quai du Fort Alleaume à Orléans, ayant pour thème le changement climatique. Composée de 8 panneaux, elle met en regard des résultats issus de travaux scientifiques et des exemples d’actions d’adaptation concrètes en lien avec les impacts du changement climatique sur le bassin de la Loire.

Afin d’être vue par le plus grand nombre, cette exposition est déclinée en visite virtuelle offrant bon nombre de liens permettant aux plus intéressés d’aller plus loin dans l’information et la réflexion.

Bonne visite !
Téléchargez la version imprimable.

Le 20 septembre, Daniel Fréchet, Président de l’Etablissement public Loire, présentait l’exposition devant les délégués de l’Etablissement, de Claude GITTON, Directeur général adjoint de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne, Nicolas MEYER, Chef de la délégation de bassin Loire-Bretagne, DREAL Centre-Val de Loire, DREAL de bassin, André TELASCO, EDF, Attaché de bassin Loire Bretagne.

COMITE SYNDICAL DU 5 JUILLET 2017

Le Comité syndical s’est réuni en séance plénière le 5 juillet à Orléans, sous la présidence de Daniel Fréchet.

Au vu des évènements marquants et dévastateurs ayant touché la Haute-Loire en juin 2017, comme en atteste la revue de presse produite pour la réunion du Comité syndical, le Président, au nom de l’ensemble des délégués, a souhaité adresser un message de solidarité aux collectivités membres plus directement concernées : le Département de la Haute-Loire et la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Concernant plus particulièrement l’ordre du jour, on retiendra pour la partie financière le vote de la Décision Modificative n°2 des budgets principal et annexe pour 2017.

Sur le plan opérationnel, on notera des points d’information ou décisions en lien avec des actions relatives à l’exploitation des ouvrages de Naussac et Villerest, à la prévention et la réduction du risque inondation, à l’aménagement et la gestion des eaux, ainsi qu’à la valorisation du patrimoine.

 

 

Retrouvez les principales décisions dans la synthèse,  le diaporama de la séance (ci-dessous) ainsi que l’ensemble des délibérations du 5 juillet.

Accédez point par point au dossier de séance :

E-LOIRE.TV, CONSACREE A LA GESTION DES OUVRAGES DE PROTECTION CONTRE LES INONDATIONS

L’Etablissement public Loire présente le 5ème numéro de son webzine, en date de juillet 2017 et entièrement consacré à la gestion des ouvrages de protection contre les inondations. Barrages, digues, levées, ponts, canaux, écluses ou déversoirs… En zone rurale ou au coeur des villes… Chacun a son histoire, sa particularité et son mode de gestion.

Elus, techniciens des collectivités et de l’Etat, scientifiques,… dressent un véritable panorama historique et géographique pour se pencher plus particulièrement sur la mise en oeuvre des nouvelles modalités de gestion des systèmes d’endiguement.

BANDE ANNONCE

E-LOIRE.TV 5, l’intégrale

JOURNEE SUR LES COOPERATIONS EUROPEENNES

L’Etablissement a organisé deux temps d’échanges le 21 septembre 2017 (Orléans, 2 quai du Fort Alleaume) en lien avec le 8ème Festival de Loire d’Orléans.

Les deux thématiques retenues ont mis en avant des coopérations européennes.

9h30 – 12h30 :  OUTILS DE MESURE ET FORMES DE RECONNAISSANCE DE LA QUALITE DE LA PREVENTION DES INONDATIONS

Ouverture : Mise en perspective nationale :
Jacques FAYE, Ministère de la Transition écologique et solidaire

Rôle du PAVILLON ORANGE au titre de la sauvegarde et protection des populations face aux risques et menaces majeurs – Célia BELLANGE, Haut comité Français pour la Défense Civile

GRAND PRIX D’AMENAGEMENT en terrains inondables constructibles, une contribution à l’innovation en termes d’anticipation et d’adaptation – Denis CROZIER, CEREMA

Resilient Cities, la dynamique RESEAU au service de la stratégie des villes – Sébastien MAIRE, Ville de Paris (témoignage vidéo)

Communication faite devant le Conseil de Paris lundi 25/09/2017 sur la stratégie de Résilience de la ville de Paris

Mise en place des plans de continuité d’activité : un premier pas vers la STANDARDISATION de la gestion de crise – Bastien DAIRE et Olivier VELIN, Ernst & Young

Amélioration des conditions de résilience des territoires bordant des fleuves endigués : développement d’outil spatial d’AIDE A LA DECISION pour la programmation urbaine – Charlotte HEINZLEF, Doctorante, Université d’Avignon

RETOUR D’EXPERIENCES du bassin de l’Elbe en Allemagne – Sven SCHULZ, Ministère de l’environnement, de l’agriculture et de la gestion de l’eau de Saxe-Anhalt

14h00 – 17h00 : DIMENSION RECREATIVE DES FLEUVES ET COURS D’EAU DANS LES METROPOLES

Aménagement de l’Ebre à Saragosse, reconquête des berges du fleuve – Francisco PELLICER, Université de Saragosse – AGUDEMA (Groupe de recherche : Agua, Derecho y Medio Ambiente – Eau, Droit et Environnement)

Les rivières urbaines, des espaces marqués par l’histoire des loisirs de masse – Frederic DELAIVE, chercheur membre associé au Laboratoire TEMPORA EA 7468 – Université Rennes 2

Echange d’expériences au sein du Riverside Cities Network – Camille CHOWAH, Comité départemental du tourisme du Val-de-Marne

Habiter l’eau dans le site Val de Loire patrimoine mondial : attentes et projets – Myriam LAIDET, Mission Val de Loire Patrimoine Mondial

Regards croisés sur la Loire à Nantes : Retrouver le lien avec la Loire et réinventer le centre-ville – Rémy DAVID, Nantes Métropole

La problématique vue d’Allemagne : témoignage sur l’Elbe de la ville de Magdebourg – Sven SCHULZ, Ministère de l’environnement, de l’agriculture et de la gestion de l’eau de Saxe-Anhalt

SOUTIEN D’ETIAGE DE LA LOIRE ET DE L’ALLIER

La fin de l’année 2016 et le premier semestre 2017 ont été marqués par un déficit pluviométrique important sur l’ensemble du bassin ligérien, à l’exception de l’amont. Cette situation a permis aux ouvrages de Villerest (Loire) et Naussac (Lozère)(1) – propriété de l’Etablissement public Loire qui en assure la gestion – de commencer leur remplissage dès la fin de la campagne de soutien d’étiage en novembre 2016.

La retenue de Villerest a ainsi été remontée à un volume de 130 Mm3 dès décembre 2016, puis gérée à cote constante. La retenue du barrage de Naussac, quant à elle, a pu bénéficier des apports du Chapeauroux (affluents de l’Allier) et d’un complément de pompage dans l’Allier. Cela a permis de disposer de 96 % de son volume nominal début juin 2017.

Le Comité de Gestion des Retenues de Naussac et de Villerest et des Etiages Sévères(2) (CGRNVES), lors de sa réunion du 21 juin dernier, a retenu les objectifs de soutien d’étiage suivants :

Allier :

    • 5,5 m3/s à la confluence entre l’Allier et le Chapeauroux,
    • 6 m3/s à Vieille Brioude,
    • 13 m3/s à Vic le Comte.

Loire :

  • 12 m3/s au pied du barrage de Villerest,
  • Entre 50 et 60 m3/s à Gien, selon le volume disponible à Naussac à la date de passage du débit reconstitué sous les 60 m3/s.

Sur l’Allier, les premiers lâchers d’eau par le barrage de Naussac ont eu lieu le 12 juin avec un débit de 1,5 m3/s. Depuis fin juin, les trois points objectifs sont assurés quotidiennement. Un lâcher maximum à 6 m3/s a été réalisé durant la journée du 19 juillet, lorsque les températures ont atteint plus de 30 °C.

Sur la Loire, les premières prévisions(3) datant de juin présageaient un passage du débit à Gien en deçà de 60 m3/s dans la seconde partie du mois de juillet. Finalement des lâchers d’eau ont été nécessaires dès la mi-juillet à la fois pour le pied d’ouvrage et Gien. Compte tenu de l’état de remplissage de Naussac et de la date de début de soutien, l’objectif retenu est de 55 m3/s.

Depuis le début du soutien d’étiage, le barrage de Naussac a ainsi déstocké près de 10 Mm3, Villerest 3,6 Mm3. Actuellement, leurs taux de remplissage sont respectivement de 91% et 98%. A titre indicatif, à la même date :

  • en 2003 (étiage le plus sévère) : Naussac avait déjà déstocké 57 Mm3, Villerest 52 Mm3
  • en 2015 (étiage le plus long) : Naussac avait déstocké 31 Mm3, Villerest 6 Mm3.

L’ensemble des informations liées à la campagne de soutien d’étiage 2017 (évolution des débits aux différents points objectifs, consignes de lachûres aux barrages, …) est disponible sur le site etiage.eptb-loire.fr.

Téléchargez le communiqué de presse


(1) La retenue de Villerest située sur la Loire dans le département de la Loire et celle de Naussac située sur le Donozau, affluent de l’Allier en Lozère, ont une capacité respective de 130 Mm3 et 190 Mm3. (2) Chaque année, le CGRNVES fixe les objectifs de soutien d’étiage sur l’Allier et la Loire. Le Préfet Coordonnateur de bassin qui le préside peut décider de modifier les objectifs si les conditions hydrologiques le rendent nécessaires. (3) Prévisions émises par EDF-DTG pour le CGRNVES, représentant des débits moyens journaliers à Gien jusqu’au 31 décembre, calculés avec une approche probabiliste à partir de l’historique climatologique 1955-2016.

COMITE SYNDICAL DU 22 MARS 2017

Le Comité syndical s’est réuni en séance plénière le 22 mars à Orléans, sous la présidence de Daniel FRÉCHET.

Pour la partie financière, on retiendra le vote du Compte Administratif 2016 et du Budget
supplémentaire 2017. Sur le plan opérationnel, on notera plus particulièrement des points
d’information ou décisions en lien avec des actions relatives à l’exploitation des ouvrages de Naussac et Villerest, à la prévention et la réduction du risque inondation, à l’aménagement et la gestion des eaux, ainsi qu’à la valorisation du patrimoine.

 

Retrouvez les principales décisions dans la synthèse,  le diaporama de la séance (ci-dessous) ainsi que l’ensemble des délibérations du 22 mars.

Téléchargez le dossier de séance :

Projet d’ordre du jour ; Pt 1 ; Pt 2 ; Pt 3 ; Pt 4 ; Pt 5 ; Pt 6 ; Pt 7 ; Pt 8 ; Pt 9 ; Pt 10 ;
Pt 11 ; Pt 12 ; Pt 13 ; Pt 14 ; Pt 15 ; Pt 16

Un(e) chargé(e) de mission « Préfiguration du contrat territorial du Haut-Allier et participation au lancement de l’étude HMUC sur le bassin de l’Allier»

L’Etablissement public Loire recrute dans le cadre d’un accroissement temporaire d’activité d’un an

Un(e) chargé(e) de mission « Préfiguration du contrat territorial du Haut-Allier et participation au lancement de l’étude HMUC sur le bassin de l’Allier»

 

Contexte :

Dans le cadre des réflexions relatives à la structuration de la maîtrise d’ouvrage en lien avec la mise en œuvre de la compétence GEMAPI et la déclinaison opérationnelle de SAGE, il est apparu opportun d’accompagner les acteurs locaux à des échelles hydrographiques cohérentes.

C’est dans ce contexte que la Commission Locale de l’Eau du Haut-Allier a sollicité l’Etablissement pour engager et animer une démarche visant à élaborer un contrat territorial à l’échelle du périmètre du SAGE.

Intéressé à plusieurs titres, notamment en tant que propriétaire-gestionnaire de l’ouvrage de Naussac mais également structure porteuse des SAGE Haut-Allier et Allier aval, l’Etablissement a accepté cette mission et recrute en conséquence un ingénieur contractuel pour une durée d’un an.

Missions principales :

En collaboration avec les animatrices des 2 SAGE précités et sous la responsabilité du Chef du service Aménagement et gestion des eaux, cet agent sera chargé :

  • Au titre de la préfiguration du contrat territorial du Haut-Allier de coordonner la procédure d’élaboration jusqu’à la validation du projet :
  • organiser la consultation des acteurs du territoire afin de faire émerger les maîtrises d’ouvrages d’actions permettant d’atteindre les objectifs fixés dans le SAGE du Haut-Allier,
  • définir avec les partenaires les modalités de financements des actions retenues,
  • animer le comité de pilotage, instance chargée du suivi de cette démarche,
  • mener des actions de communication afin de sensibiliser les acteurs et permettre une meilleure compréhension de cet outil opérationnel,
  • rédiger le contrat.
  • Au titre de l’étude Hydrologie/Milieux/Usages/Climat (HMUC) :
  • apporter un appui à la rédaction et à la validation du cahier des charges notamment par les partenaires techniques et les usagers de la ressource (profession agricole, industriel, syndicats d’eau, services de l’Etat, …).

 

Compétences souhaitées et qualités requises :

  • Niveau Bac + 5 avec une formation dans le domaine de la gestion de l’eau et des milieux naturels. Une expérience professionnelle (1 à 2 ans) serait appréciée
  • connaissances complémentaires souhaitées : environnement territorial, hydrologie, hydrogéologie, aménagement du territoire, usages de l’eau (agricoles, urbains, industriels, loisirs), agronomie
  • maitrise de l’outil informatique et des logiciels suivants : Suite bureautique Microsoft Office, Qgis,
  • qualités et compétences : capacités d’analyse de synthèse et de restitution (à l’oral comme à l’écrit), compétence affirmée à l’animation et portage de démarches de concertation (organisation et conduite de réunions), aptitude indispensable au travail en équipe, dynamisme.

 

Rémunération : Statutaire catégorie A (Grade d’ingénieur territorial + régime indemnitaire)

Poste basé à : Langeac (43). Cet agent, accueilli dans les mêmes locaux que l’animatrice du SAGE Haut-Allier, bénéficiera des services et de l’appui administratif et technique de l’Etablissement. Déplacements à prévoir (véhicule de service).

Prise de fonction : 15 septembre 2017

 

Renseignements complémentaires sur le poste :

  • Laurent BOISGARD – Chef du service Aménagement et Gestion des Eaux (02.46.47.03.06 – laurent.boisgard@eptb-loire.fr)
  • Mme Emmanuelle BRAIBANT – Chargée du personnel, (02.46.47.03.11 – emmanuelle.braibant@eptb-loire.fr)

 

Merci d’envoyer votre candidature (lettre de motivation et CV), avant le 10 août 2017, par voie électronique (claire.coudyser@eptb-loire.fr) ou postale à Monsieur le Président de l’Etablissement public Loire, 2 quai du Fort Alleaume – CS 55708- 45057 ORLEANS CEDEX.

SIGNATURE DU CONTRAT TERRITORIAL DHUY LOIRET 2016-2020

Le contrat territorial est un outil de programmation pluriannuel (5 ans) à l’échelle d’un bassin versant créé par l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne permettant la mise en œuvre d’actions concrètes sur les territoires dans le but d’atteindre le bon état des eaux. Il permet notamment de décliner concrètement les dispositions du Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) au niveau local.

Le SAGE Val Dhuy Loiret, porté par l’Etablissement public Loire depuis 2012, a donné les grandes orientations déclinées ce jour dans le contrat territorial.

Ainsi le contrat, également coordonné par l’Etablissement, est composé de 3 volets opérationnels :

  • « Milieux aquatiques » animé par le Syndicat Intercommunal du Bassin du Loiret (SIBL)
  • « Pollutions diffuses » animé par la Chambre d’Agriculture du Loiret
  • Zones humides conduit par la Maison de Loire du Loiret.

ACTIONS PHARES

  • Rétablissement de la continuité écologique sur le Dhuy, démarche des Assises de la rivière Loiret
  • Sensibilisation du monde agricole aux réductions de produits phytosanitaires
  • Protection et valorisation de la biodiversité avec la gestion d’une zone humide à Ouvrouer les Champs.

La signature officielle du Contrat territorial Dhuy Loiret a eu lieu le 5 juillet 2017en présence des partenaires : L’Etablissement public Loire, l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne, la Région Centre-Val de Loire, le Département du Loiret, la Commission Locale de l’Eau du SAGE Val Dhuy-Loiret, la Chambre d’Agriculture du Loiret, le Syndicat Intercommunal du Bassin du Loiret, la Maison de Loire du Loiret, l’Association Syndicale de la Rivière Loiret.

GESTION DE LA CRUE DE NOVEMBRE AU BARRAGE DE VILLEREST ET ENLEVEMENT DES EMBACLES

La Loire a connu le 20 novembre dernier une crue de type cévenole, avec de fortes précipitations sur l’ensemble de son bassin versant. Bien que l’évènement de cette année ne soit pas d’une intensité exceptionnelle dans l’histoire de l’ouvrage de Villerest, ce dernier a été amené à assurer ses fonctions d’écrêtement, ce qui n’était pas arrivé depuis 2008.

SERVICE_RENDU_VILLERESTGrâce à l’abaissement automnal prévu par le règlement d’eau du barrage, la cote de la retenue était suffisamment basse à cette période. Néanmoins, compte-tenu des prévisions météorologiques et hydrologiques, une veille permanente a été mise en place par l’Etablissement public Loire dès le 22 novembre matin. L’ « état de crue » (qui correspond à une prévision de dépassement d’un débit de 1 000 m3/s à l’entrée de la retenue) a été déclaré le jour même vers 17h soit 31 heures avant l’arrivée de la crue au barrage. Le niveau de la retenue a alors été abaissé de 2 mètres afin de maximiser la capacité de stockage dans de telles situations.

Dans ces conditions, avec des cumuls de précipitations ayant atteint plus de 150 mm sur 3 jours sur l’Ardèche, la Haute-Loire, le Lignon du Velay… la crue a atteint un pic de 1 000 m3/s à l’entrée de l’ouvrage de Villerest le 24 novembre à 0h00. Grâce à son action d’écrêtement, celui-ci a permis au plus fort de la crue, de diminuer de 200 m3/s le débit de la Loire jusqu’au bec d’Allier.

 Ouverture des 5 vannes de demi-fond du barrage de Villerest en novembre 2016

ecretement_villerestLes apports de l’Allier et du Morvan, qui ont atteint 800 m3/s, soit autant que les lâchers du barrage de Villerest, sont venus ensuite intensifier la crue sur la Loire moyenne, avec un maximum de 1 550 m3/s à Givry le 25 novembre,
1 400 m3/s à Orléans le 27 novembre.

L’écrêtement de la crue au barrage de Villerest s’est terminé dans la matinée du 24 novembre, lorsque la pluviométrie sur l’ensemble du bassin amont est redevenue faible et le débit entrant au barrage plus modéré (inférieur à 500 m3/s). A partir de ce moment-là, la gestion du barrage a alors consisté à gérer sa cote à un niveau constant. Du 24 au 30 novembre, aucune lachûre supplémentaire n’a été effectuée par le barrage. Il a transmis intégralement à l’aval les débits qui y arrivaient, jusqu’à atteindre 140 m3/s.

Le 1er décembre, conformément au règlement d’eau et dans la perspective de la prochaine campagne de soutien d’étiage, le barrage a commencé une phase de stockage afin de remonter le niveau de la retenue à la cote de 315 m NGF.
Malgré la différence en termes d’intensité entre la crue de 2008, le barrage a été confronté à une accumulation d’objets flottants en tout genre à l’amont de l’ouvrage. Ces flottants constituent de par leur quantité et leur localisation, un risque dans le cadre de l’exploitation du barrage ainsi que pour l’aval en cas de déversement. C’est la raison pour laquelle dès la fin de la crue, l’Etablissement  a procédé à une consultation afin d’extraire les matériaux de la retenue.

Le mode d’intervention de l’entreprise qui a été retenue pour effectuer les travaux a été le suivant :

  • amenée à l’aide d’un bateau pousseur des flottants vers la zone d’enlèvement située en rive droite, à l’amont immédiat du barrage,
  • extraction des flottants à l’aide d’une grue équipée d’un grappin et chargement dans des bennes,
  • ramassage manuel des bois et déchets déposés le long des berges,
  • transport des déchets (après tri sélectif) vers une filière de déchets verts pour le bois et ses dérivés, vers la décharge pour les déchets non recyclables.

Bilan de l’opération

Les travaux ont duré 32 jours – entre fin février et début avril 2017 – et ont permis d’extraire les flottants situés dans la zone comprise entre le mur du barrage et à proximité de la plage de Villerest. Afin de limiter la remise en mouvement des matériaux déposés sur les berges en cas de remontée du plan d’eau, les zones concernées dont une majeure partie se situait en face de la plage ont également été entièrement nettoyées.

A ce jour, ces travaux sont terminés. Le montant de cette opération s’élève à 93 267 € TTC. Au total, il a été extrait 375 tonnes de flottants composés à 99% de végétaux (bois et branchages) et le reste de déchets divers (emballages plastiques, polystyrènes…). A titre de comparaison, le volume extrait lors de la crue de 2008 était de 835 tonnes.

AVANT

APRES

Depuis lors, une nouvelle opération de collecte et d’évacuation d’une centaine de tonnes de flottants accumulés en plusieurs lieux de la retenue a été lancée, avec une réalisation début juillet 2017, pour un coût supplémentaire à hauteur de  55.800 €  TTC.

RESTITUTION DES 1/2 JOURNEES DE DIALOGUE RECHERCHE-GESTION 2017

Au titre de la stimulation de la recherche, du développement et de l’innovation au service du bassin fluvial, et dans le prolongement des ½ journées de juin 2016 et septembre 2015, l’Etablissement a organisé les 18 et 19 mai 2017, à Orléans, 4 sessions d’échanges scientifiques et techniques.

Chaque session est structurée autour d’une problématique, abordée à travers les contributions complémentaires aussi bien de la communauté scientifique (particulièrement de jeunes chercheurs), que d’opérateurs et acteurs témoignant d’actions mises en œuvre et de retours d’expérience concrets, y compris hors bassin de la Loire et ses affluents. Les échanges sont favorisés par une place importante (au moins 1/3 du temps) réservée au dialogue entre participants et intervenants.

Les 4 thématiques retenues, cette année, étaient :

  • Gestion « par la nature » des risques liés à l’eau (18 mai matin)
  • Gestion quantitative de l’eau dans un contexte de changement climatique (18 mai après-midi)
  • Synergies cours d’eau-canaux-plans d’eau face aux pollutions  (19 mai matin)
  • Rivières urbaines et leurs pollutions (19 mai après-midi).

 

Le programme des ½ journées est téléchargeable ici.

 

A cette occasion, l’Etablissement a publié un 4 pages Actu’Recherche-Gestion, qui retrace les 3 premières éditons de ces 1/2 journées et apporte les témoignages de scientifiques et gestionnaires.

 

 

 

 


ELEMENTS DE RESTITUTION

JEUDI 18 MAI MATIN

GESTION « PAR LA NATURE » DES RISQUES LIÉS À L’EAU

PROBLÉMATISATION
• Les solutions fondées sur la nature pour réduire les risques d’inondation, Justine DELANGUE, Union internationale pour la conservation de la nature

 

CONTRIBUTION DE LA RECHERCHE
• Les espaces de nature en ville et les risques inondation : des bénéfices réciproques ? Francesca DI PIETRO, Université de Tours

 

• Les apports de l’hydraulique douce pour la gestion du ruissellement. Application à la crue de la Seine de mai/juin 2016, Léonora FLEURENT, Université Pierre-et-Marie-Curie, Paris6

 

OPÉRATIONNALISATION
• Quelles solutions naturelles pour la gestion de l’eau ? Marc BARRA, Natureparif

RETOUR D’EXPÉRIENCE
• Restauration écologique du Rhône, l’exemple de l’île de la Platière, Christophe MOIROUD, Compagnie Nationale du Rhône


• Quand GEMA=PI… les racines de la Bièvre ! Hervé CARDINAL, Syndicat Intercommunal pour l’Assainissement de la Vallée de la Bièvre

 

JEUDI 18 MAI APRES MIDI

GESTION QUANTITATIVE DE L’EAU DANS UN CONTEXTE DE CHANGEMENT CLIMATIQUE

PROBLÉMATISATION
• Impact du changement climatique sur le cycle de l’eau et augmentation de sa variabilité, Isabelle LA JEUNESSE, Université de Tours

 

CONTRIBUTION DE LA RECHERCHE
• Conditions de mise en place d’une gestion adaptative de la ressource en eau. Prise en compte de la dynamique des socio-hydrosystèmes, Olivier BARRETEAU, IRSTEA

• Indicateurs et participation : des clés pour construire l’adaptation au changement climatique ? Marie-Hélène VERGOTE, INRA/AgroSup Dijon

• Répartition des volumes prélevables en agriculture. Perception de l’enjeu de justice sociale et acceptabilité, Jean-Daniel RINAUDO, BRGM

OPÉRATIONNALISATION
• Rapprochement entre ressources et prélèvements sur le bassin de la Loire, Jean-Louis PASQUIER et Valérie DOSSA-THAUVIN, Ministère de l’Écologie

   

RETOUR D’EXPÉRIENCE
• Optimisation de la gestion des barrages de Naussac (Lozère) et Villerest (Loire), Mamy TOMBOZAFY, Établissement public Loire

ELEMENTS DE RESTITUTION

VENDREDI 19 MAI MATIN

SYNERGIES COURS D’EAU-CANAUX, PLANS D’EAU FACE AUX POLLUTIONS

CONTRIBUTION DE LA RECHERCHE
• Diagnostic préliminaire et perspectives d’aménagements pour l’élimination du phosphore et des matières organiques en excès dans le lac de Ribou (Cholet, 49) : une recherche du terrain au laboratoire et du laboratoire au terrain, Maxime PONTIE Université d’Angers

 

• La vulnérabilité des lacs face au couplage du climat et des perturbations anthropiques locales, Benjamin ALRIC, Université Lyon 1

OPÉRATIONNALISATION
• Impact cumulé des retenues d’eau sur le milieu aquatique – Présentation et mise à disposition des méthodes issues des recherches scientifiques, Cécile BELLOT, Agence française pour la biodiversité

 

• Liens entre flux de nutriments à l’interface eau-sédiment et qualité de l’eau des retenues, Géraldine NOGARO, EdF

 

• Rôle et actions de Voies navigables de France face aux pollutions dans sa gestion des canaux, Jean-André GUILLERMIN, VNF

RETOUR D’EXPÉRIENCE
• Émergence de solutions pérennes d’amélioration de la qualité de l’eau de la retenue du Mas d’Armand sur le site de Naussac en Lozère, Agathe LEMAIRE, Établissement public Loire

 

VENDREDI 19 MAI APRES-MIDI

RIVIÈRES URBAINES ET LEUR POLLUTION

PROBLÉMATISATION
• «Les rivières urbaines et leur pollution», présentation d’un ouvrage de référence, Michel MEYBECK, Université Pierre et Marie Curie, Paris 6

CONTRIBUTION DE LA RECHERCHE
• Les pollutions urbaines d’aujourd’hui seront-elles les ressources de demain ? Le potentiel de la séparation à la source des eaux usées, Fabien ESCULIER, Ecole Nationale des Ponts et Chaussées

• Concevoir et optimiser la gestion hydrologique du ruissellement pour une maîtrise à la source de la contamination des eaux pluviales urbaines, Jérémie SAGE, Université Paris-Est – CEREMA

 

OPÉRATIONNALISATION
• De la construction d’un diagnostic partagé à l’identification du cours d’eau comme atout du développement d’un territoire urbain : mobiliser les acteurs locaux autour du Morbras Ronan QUILLIEN, Conseil départemental Seine-Saint-Denis

 

RETOUR D’EXPÉRIENCE• Jean-Marc BOUCHY, Syndicat de l’Orge aval

 

 

 

 


L’Etablissement public Loire franchit le cap des 100 «réalisations concrètes» soutenues par l’Europe

« L’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble :
elle se fera par des réalisations concrètes, créant d’abord une solidarité de fait.»
Robert Schuman, 9 mai 1950

A l’occasion de la célébration de la fête de l’Europe*, l’Etablissement public Loire souligne l’apport essentiel de l’Europe pour le déploiement de ses actions, au côté de celui des collectivités du bassin de la Loire et ses affluents.

Plus particulièrement, l’Etablissement témoigne du caractère décisif du soutien financier de l’Europe depuis 2007, pour la réalisation de projets au bénéfice des acteurs et des territoires du bassin fluvial.

Ces 10 dernières années, ce sont plus de 100 opérations portées par l’Etablissement qui ont bénéficié d’un cofinancement européen (FEDER), lui permettant ainsi de conduire nombre d’actions  structurantes – souvent innovantes, voire expérimentales – en particulier sur la prévention et la réduction du risque inondation. Ceci à destination de différents publics, par exemple :

Egalement des actions en lien avec la recherche, comme par exemple l’appui au renforcement des synergies chercheurs-gestionnaires, les travaux de recherche appliquée sur la qualité des eaux des retenues de Naussac et Villerest, ainsi que l’initiative ligérienne d’adaptation aux impacts du changement climatique.

Ou bien encore des actions en lien avec le maintien et la restauration de la biodiversité, telles que l’opération de repeuplement en saumons du bassin de la Loire ou d’autres en faveur de la continuité écologique.

Par ailleurs, convaincu du caractère fructueux des échanges inter-bassins et des coopérations, notamment européennes, l’Etablissement développe depuis plusieurs années maintenant des contacts privilégiés avec les acteurs du bassin de l’Elbe.

En effet, en lien avec l’accord de coopération entre la Région Centre-Val de Loire et le Land allemand de Saxe-Anhalt, l’Etablissement entretient des échanges étroits avec ce Land, fortement impacté par les crues historiques de l’Elbe en 2013. Plus généralement, ce dernier semble pouvoir constituer le trait d’union avec la diversité d’acteurs du bassin de l’Elbe.

Ainsi, la signature le 23 mars 2017 du mémorandum de coopération entre l’Agence régionale de prévention des inondations et de gestion des eaux de Saxe-Anhalt et l’Etablissement ouvre la voie à des échanges renforcés dans le domaine de la gestion intégrée des bassins fluviaux de l’Elbe et de la Loire, notamment sur les politiques et mesures d’adaptation au changement climatique, ainsi qu’au développement et à l’approfondissement de la coopération dans le cadre de la mise en œuvre de la directive « Inondations », notamment sur la question de la réduction de la vulnérabilité du patrimoine culturel, ô combien riche sur ces deux territoires.


*Le 9 mai 1950, Robert Schuman présentait sa proposition relative à une organisation de l’Europe, indispensable au maintien de relations pacifiques. Cette proposition, connue sous le nom de « déclaration Schuman », est considérée comme l’acte de naissance de l’Union européenne. Aujourd’hui, le 9 mai est devenu un symbole européen (journée de l’Europe) qui, aux côtés du drapeau, de l’hymne, de la devise et de la monnaie unique (l’euro), identifie l’Union européenne.