Former pour mieux surveiller ensemble

Dans le cadre de la gestion de près de 60 km de digues de protection contre les inondations, déléguée à l’Etablissement public Loire par plusieurs EPCI de Loire aval et sur l’axe Cher, ce dernier a réalisé, en novembre 2020, deux sessions de formation à destination des agents des collectivités mobilisés pour la surveillance des ouvrages en crue.
Parmi les différentes missions confiées à l’Etablissement, figure en bonne place l’appui technique des collectivités, en période de crue, pour la surveillance de leurs ouvrages. A l’aube de la saison des crues potentielles, la mise en situation était d’actualité.

Afin de renforcer les capacités de surveillance des ouvrages en crue, et en lien étroit avec les EPCI, l’Etablissement assure une formation dédiée, à l’attention des agents des collectivités mobilisés. Les objectifs poursuivis sont multiples et intègrent : une familiarisation avec le vocabulaire relatif aux digues et les différents modes de rupture, le repérage des désordres pouvant affecter l’intégrité de l’ouvrage, l’identification des interlocuteurs et des chaînes de transmission d’information, la connaissance des différents types de travaux d’urgence pouvant être envisagés lors d’un épisode de crue.

Cela consiste également à connaître les équipements de protection individuelle requis, ainsi que les mesures de sécurité à appliquer afin de réaliser cette surveillance dans les meilleures conditions. La formation est complétée par une phase « terrain », lors de laquelle les agents des collectivités se rendent sur site avec un agent de l’Etablissement, afin d’appréhender les spécificités de l’ouvrage, de repérer ses points sensibles et de prendre en main les outils cartographiques. A cette occasion, ils se familiarisent avec l’atlas de surveillance produit par l’Etablissement, afin de pouvoir se repérer sur le terrain et localiser facilement les zones sensibles à surveiller.

L’appui de l’Etablissement passe par ailleurs par la fourniture d’outils et de supports pédagogiques afin de faciliter la surveillance des ouvrages, avec notamment la Fiche Réflexe Visite de surveillance en crue – Relevé des désordres et mesures à prendre et l’atlas de surveillance.

Lors de la formation, l’accent est mis, en tant que de besoin, sur l’adaptation de la réponse en fonction des urgences. Celle-ci comprend ainsi la présentation d’un listing des travaux d’urgence pouvant être réalisés lors d’un épisode de crue en fonction des désordres identifiés et des moyens humains et matériels mobilisables. En effet, ces travaux, qui devront être réalisés dans des situations périlleuses, rapidement et à bon escient, doivent être anticipés autant que possible. Pour ce faire, l’Etablissement aura identifié au préalable, en intégrant les retours d’expériences éventuels des collectivités, les entreprises mobilisables/réquisitionnables (maçonnerie, BTP, élagage, carrières…) et réalisé une cartographie permettant de situer ces entreprises sur le territoire et d’identifier les temps d’interventions nécessaires vis-à-vis de chaque ouvrage.

L’accompagnement des collectivités à la surveillance en période de crue se concrétise également par une astreinte au sein des services de l’Etablissement, avec la mise à disposition d’un agent de 8h à 18h les samedi, dimanche et jours fériés, pendant la période de l’année la plus à risque (du 1er novembre au 30 juin de chaque année), afin d’assurer en toutes circonstances une continuité de service.

EXPO : Débit or not débit, that is la gestion !

Lâcher ou pas de l’eau, depuis les barrages de Naussac et Villerest pour alimenter l’Allier et la Loire en période de soutien d’étiage, c’est la question que se pose quotidiennement l’Etablissement public Loire, propriétaire et gestionnaire de ces deux ouvrages. Dans une nouvelle exposition grand public, composée de 8 panneaux et présentée sur les quais de la Loire (2 quai du Fort Alleaume à Orléans) du 15 novembre au 15 janvier 2021, il nous explique en quoi cette gestion est essentielle pour les milieux aquatiques et pour les activités humaines. A découvrir au cours d’une balade sur les quais ou derrière son écran.

Clic and visit !

Zoom sur le soutien d’étiage 2020
Après un soutien d’étiage particulièrement important en 2019 (nouvelle année de référence avec le plus grand volume déstocké à partir du barrage de Villerest depuis sa mise en service), celui de 2020 a encore été très conséquent, se situant comme le 6ème en volumes déstockés cumulés des deux lacs-réservoirs, soit 183 Mm3.
Il a été marqué par un été très sec, avec des pics de chaleur importants entre juillet et août. Le Comité de Gestion a revu l’objectif de soutien d’étiage à Gien à la baisse en septembre (ramené à 45 m3/s). Tous les objectifs fixés à l’Etablissement pour le soutien d’étiage de l’Allier et de la Loire ont été atteints cette année encore.

En période de basses eaux, l’eau de l’Allier et la Loire provient de sources naturelles mais également d’une réalimentation. L’exposition décrit ainsi pourquoi et comment leurs niveaux d’eau sont rehaussés, lorsqu’ils sont très faibles, à partir des réserves constituées préalablement dans les lacs-réservoirs de Naussac en Lozère et de Villerest dans le département de la Loire.

On découvre le caractère vital de la gestion des barrages pour ces deux grands cours d’eau, ainsi que les territoires qu’ils traversent, jusqu’à l’estuaire. Sans cette gestion, des secteurs seraient certaines années quasiment à sec, ou à des niveaux qui contraindraient très fortement voire rendraient impossibles les prélèvements pour l’industrie – notamment le refroidissement des centrales nucléaires, l’irrigation, et l’alimentation en eau potable.
L’exposition présente également les modalités prévues pour ajuster les objectifs de gestion, jusqu’à plusieurs fois par période d’étiage, et comment les services de l’Etablissement public Loire élaborent quotidiennement une consigne du débit à lâcher, pour chaque barrage.

La bonne gestion de ces ouvrages, depuis 35 ans, a permis de satisfaire les besoins pour les usages de l’eau et les milieux aquatiques. Pour autant, l’exposition vise aussi à faire prendre conscience de la rareté actuelle et croissante de la ressource en eau dans un contexte de changement climatique, qui nécessite des actions d’adaptation et d’évolution des comportements.

Afin d’être vue par le plus grand nombre, l’exposition est déclinée en visite virtuelle offrant bon nombre de liens permettant aux personnes intéressées d’aller plus loin dans l’information et la réflexion.

Autre ressource récente sur ce thème
Journée d’échanges du 29 septembre, dans le cadre de la REVue de projets recherche-gestion sur des problématiques du bassin de la Loire et ses affluents
Apports opérationnels des retours d’expériences sur la gestion des étiages

COMITE SYNDICAL DU 20 OCTOBRE 2020

Le Comité syndical, présidé par Daniel Fréchet, s’est tenu le 20 octobre à Orléans.

Du point de vue institutionnel, il a été procédé à l’actualisation de la composition des instances de l’Etablissement. Egalement à la désignation de ses représentants au Comité de bassin Loire-Bretagne, à l’Association nationale des élus de bassin, à France Digues et au CEPRI.

Pour la partie financière, on retiendra l’accord favorable réservé aux propositions formulées dans le cadre du débat d’orientations budgétaires pour 2021, ainsi que le vote à l’unanimité de la décision modificative n° 3, n’entraînant pas d’appel à contribution ni à redevance complémentaire.

Le taux 2020 de la redevance soutien d’étiage a été fixé à 0,0101276. Son évolution depuis 2007 s’inscrit entre un minimum de 0,0089824 (2016) et un maximum de 0,0107391 (2015). Le taux moyen sur 14 ans s’élève quant à lui à 0,0100202.

S’agissant du volet opérationnel, on notera plus particulièrement des points d’information ou décisions en lien avec l’exploitation des ouvrages de Naussac et Villerest, l’évaluation et la gestion des risques d’inondations, ainsi que l’aménagement et la gestion des eaux.

Retrouvez les principales décisions dans la synthèse, l’ensemble des délibérations  ainsi que le dossier de séance point par point (Projet ODJ ; Pt 1 ; Pt 2 ; Pt 3 ; Pt 4 ; Pt 5 ; Pt 6 ; Pt 7 ; Pt 8 ; Pt 9 ; Pt 10 ; Pt 11 ; Pt 12 ; Pt 13 ; Pt 14 ; Pt 15 ; Pt 16 ; Pt 17 ; Pt 18 ; Pt 19 ; Pt 20)

Dorian et le changement climatique

En 2050, Dorian, youtuber, découvre une bouteille d’eau de Louchadière dans la cave de ses grands-parents. Après quelques recherches sur internet, il fait le triste constat des impacts du changement climatique sur la Sioule, affluent de l’Allier : baisse des débits, hausse des températures, impacts socio-économiques… et sensibilise aux bonnes pratiques. #RetourDepuisLeFutur.

L’Etablissement public Loire en collaboration avec la commission locale de l’eau du SAGE Sioule a souhaité vulgariser, au travers ce motion design, le bilan des connaissances des impacts du changement climatique en particulier sur ce territoire. L’étude ayant été réalisée sur l’ensemble du bassin de la Loire ainsi que sur chacun des territoires des 10 SAGE portés.

COMITE SYNDICAL DU 2 JUILLET 2020

Le Comité syndical, présidé par Daniel Fréchet, s’est tenu le 2 juillet à Orléans.

Sur la partie financière, on retiendra les votes à l’unanimité des décisions modificatives n°2 intégrant des ajustements de crédits nécessaires pour les budgets principal et annexe
(Exploitation des ouvrages).

Egalement, mise à disposition du nouveau support Indicateurs de suivi administratif, budgétaire et financier, permettant d’identifier les éléments clés ainsi que les évolutions à l’oeuvre en termes d’activité de l’Etablissement.

Sur le plan opérationnel, après la présentation du Rapport d’activité 2018-2019, on notera plus particulièrement des points d’information ou décisions en lien avec l’exploitation des ouvrages de Naussac et Villerest, l’évaluation et la gestion des risques d’inondations, ainsi que l’aménagement et la gestion des eaux.

A relever enfin, au titre de la gestion des ressources humaines, le point d’information sur la mise en oeuvre du plan de continuité d’activité de l’Etablissement dans le contexte de crise sanitaire.

Téléchargez le communiqué de presse.

Eau pasSAGE, concertons-nous !

Croâ une expo ? Au passage du 2 quai du Fort Alleaume à Orléans, du 1er septembre au 31 octobre 2020, l’occasion est donnée, au travers une nouvelle exposition, présentée par l’Etablissement public Loire en partenariat avec l’Agence de l’eau Loire-Bretagne, d’en apprendre davantage sur l’Aménagement et la Gestion de la ressource en Eau en France, et plus particulièrement sur le bassin de la Loire et ses affluents. Réflexions et mise en œuvre de solutions font partie intégrante de nos missions.

La raréfaction de la ressource, compte tenu des impacts attendus du changement climatique, invite à une prise de conscience des acteurs afin de mieux la préserver, la gérer en mettant en oeuvre des actions concrètes les plus efficaces possibles.

La gestion de l’eau s’appuie notamment sur deux outils de planification : le Schéma Directeur d’ Aménagement et de Gestion des eaux (SDAGE), qui définit à l’échelle d’un district les grandes orientations pour la gestion équilibrée de la ressource en eau et le Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) qui, en cas d’enjeux quantitatifs et qualitatifs, peut localement décliner le SDAGE sur un bassin versant en concertation avec l’ensemble des acteurs du territoire.

En tant que structure porteuse de 10 procédures SAGE, l’Etablissement a souhaité apporter un éclairAGE sur le nécessaire partage de la ressource, la limitation de l’impact des différents usages (domestique, industriel, agricole ou bien encore de loisirs)les réflexions sur l’aménagement des cours d’eau et la préservation des milieux naturels, la réduction des dommages notamment liés au risque d’inondations et l’amélioration de la connaissance.

Parce que SAGE rime avec part’AGE, l’exposition offre la possibilité d’accéder à des informations complémentaires (vidéos et audio) en scannant les QR Code. Elle est également disponible sous forme de bâches sur simple demande. Alors on y croâ ?

Cliquez pour accéder à la visite virtuelle

SEMAINE DE REV* : RESTITUTION DES JOURNEES 2020

Du 29 septembre au 2 octobre 2020, chercheurs et gestionnaires ont eu la possibilité d’échanger, en présentiel ou en visioconférence. Structurées autour d’une problématique, abordée à travers les contributions complémentaires de la communauté scientifique, d’opérateurs et d’acteurs témoignant d’actions mises en œuvre et de retours d’expérience concrets, y compris hors bassin de la Loire et ses affluents, les sessions ont été ponctuées de nombreux échanges.

Mardi 29/09/2020 : « Apports opérationnels des retours d’expériences sur la gestion des étiages »
Louis HUBERT (CGEDD) : Retour d’expérience sur la gestion de la sécheresse 2019 dans le domaine de l’eau
Nicolas MEYER (DREAL Centre-Val de Loire, DREAL de bassin) : Cadre réglementaire de la gestion des étiages (Loire)
Stéphane SIMON (Institution Adour) : Gestion des étiages de l’Adour
Bernard LEROY (SMEAG) : Gestion des étiages de la Garonne
Marine BOULANGER (EP Loire) : Soutien d’étiage sur l’Allier et la Loire. Gestion des ouvrages de Naussac et Villerest

Renaud MARTY (DREAL Centre-Val de Loire) : Apports des outils de prévision des étiages
Benoît ROSSIGNOL (EP Loire) : Impacts socio-économiques du soutien d’étiage de l’Allier et de la Loire par les ouvrages de Naussac et de Villerest (2019)
Charlotte BARBÉ (Seine Grands Lacs) : Gestion des étiages de la Seine
Sébastien LOUBIER (INRAE) : Réalisation d’analyses économiques et financières des projets de territoire pour la gestion de l’eau (PTGE) à composante agricole

Mercredi 30/09/2020 : « Intégration environnementale des « infrastructures » de protection contre les inondations »
Perrine BROUST (France Digues) : Ouverture. Contexte et évolutions règlementaires
Jérémy SAVATIER (ISL) : Prise en considération des besoins et opportunités d’intégration environnementale
Caroline ZANETTI, (ARBEAUSOLutions) : Gestion des ouvrages hydrauliques boisés. Cas des digues non domaniales de Loire et retour d’expérience
Cannelle MOINARDEAU (Agrocampus ouest) : L’éco-pastoralisme un outil adapté pour la gestion conservatoire des écosystèmes très anthropisés ? Le cas des digues artificielles du canal de dérivation de Donzère-Mondragon dans la vallée du Rhône

Emmanuèle GAUTIER-COSTARD (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Digues, Interactions, Gestion, Usages, Environnement et Scénarios – Projet ANR DIGUES
Thibaut MALLET (SYMADREM) : Gestion environnementale des digues du Delta du Rhône
Pierre BREUL (Université de Clermont Auvergne) : Big Data et machine learning au service de la caractérisation des sols
Christian LE COZ (CGEDD) : Propositions pour l’amélioration de la qualité des évaluations environnementales
Catherine GREMILLET (ANEB) : Mise en perspective et synthèse des échanges

Jeudi 1/10/2020 : « Espaces Naturels Sensibles pour la gestion de l’eau et des risques associés »
Clémence du ROSTU (Cabinet d’avocats EY), Comment articuler les problématiques communes à la gestion des ENS et à la GeMAPI ?
Marie RODIERE (Ville de Villeneuve-Saint-Georges – 94), Renaturation des berges de l’Yerres
Clara FERRARI (EPTB Arve) : Contrat de territoire « espaces naturels sensibles » des sites alluviaux du bassin versant de l’Arve
Elie LOUIGGI et Julien Renard (Conseil Départemental de la Vendée) : l’exemple de l’Issoire et de l’ENS de la Chabotterie.

Retours d’expériences prenant en compte la gestion de l’eau et des risques associés :
Lény BOULAY, Conseil Départemental d’Indre-et-Loire,
Kattalin FORTUNÉ-SANS, Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée,
Nicolas CHEVALIER, Conseil Départemental du Loiret.

Vendredi 2/10 : « Contribution des « jeunes chercheurs » à la dynamique de recherche en cours sur le bassin fluvial »
Interventions autour de 3 thèmes : le fleuve et l’homme, le fleuve et sa biodiversité et le fleuve et ses dynamiques.
Mathieu BONNEFOND, co-directeur de la Zone atelier Loire, ouverture de la journée
Pauline THIONNET, Université de Tours : « La dynamique du paysage et de l’occupation du sol durant l’Holocène, entre Loire et Cisse, de Vouvray à Chouzy-sur-Cisse »
Justine BELLEIL, HESAM Université, « Les dimensions foncières de l’action publique environnementale. Le cas de la restauration écologique des milieux naturels dans le bassin de la Loire »
Muriel DEPARIS, Université de Tours, « Fonctions écologiques et perceptions humaines de la flore urbaine, antagonisme ou synergie ? »
Corentin GAUDICHET, Université de Tours, « Trajectoires écologiques des annexes hydrauliques sur la Loire aval : identification et quantification des variables de forçage à l’origine des successions écologiques/de la terrestrialisation »

Jules LE GUERN, Université de Tours, « Morphodynamique et interactions des barres et des dunes dans un cours d’eau sablo-graveleux – Compréhension des processus et quantification des flux solides à l’entrée du bief estuarien de la Loire »
Hanieh SEYEDHASHEMI et Jake DIAMOND, INRAE/Université de Tours, Modélisation Haute résolution pour analyse de l’impact du changement climatique sur l’Oxygène dissous et la Température de l’eau : Bassin Loire
Sylvain BASCLE, Université de Limoges, « Caractérisation et stabilité de la matière organique des sédiments des grandes retenues »
Thomas DEPRET, Université Paris 1, « Quantification des sources sédimentaires disponibles ainsi qu’à leur potentiel de remobilisation par les cours d’eau »
Tristan DOUILLARD, Université de Paris 1, « Quel devenir des systèmes d’endiguement fluviaux et littoraux en France ? »

DU SOUTIEN D’ETIAGE A LA GESTION DE CRUE

Après plusieurs semaines de faibles débits, et même de soutien d’étiage sur l’axe Allier, les pluies très abondantes du 12 juin ont conduit à la formation de crues sur l’amont de la Loire et l’Allier. Elles ont déclenché des interventions de l’Etablissement public Loire, propriétaire des deux barrages structurants de Naussac (département de la Lozère) et de Villerest (département de la Loire), dont il assure la gestion.

Le barrage de Villerest a pour fonction d’écrêter les crues importantes de la Loire, c’est-à-dire d’en retenir temporairement une partie, afin de limiter les conséquences éventuelles d’une inondation à l’aval.

Les 12 et 13 juin, une équipe de 5 prévisionnistes a assuré depuis Orléans une permanence pendant 48h pour réaliser des prévisions et élaborer des consignes d’ouverture des vannes du barrage, en application de la réglementation en vigueur. Sur place à Villerest, les agents d’exploitation (BRL Exploitation) étaient mobilisés également, pour la mise en œuvre de la gestion et la surveillance.

Le débit de crue restant limité, il n’y a pas eu d’écrêtement et les manœuvres de vannes ont visé essentiellement à anticiper une crue éventuelle de plus grande ampleur, puis à permettre que la crue se propage de manière maîtrisée vers l’aval. Le débit sortant du barrage a ainsi été au maximum de 900 m3/s.

Le barrage de Villerest a une deuxième fonction, de soutien des débits de la Loire lorsqu’ils sont les plus faibles, pour permettre la satisfaction des besoins des usages (eau potable, production d’énergie, irrigation, …) et des milieux aquatiques. A Villerest comme à Naussac, ouvrage dédié au soutien d’étiage, l’épisode pluvieux a permis de compléter le remplissage déjà fait en prévision des mois d’été : les deux retenues sont ainsi remplies à leur niveau maximum pour la saison.

 

Remplissage des retenues de Naussac et Villerest en préparation du soutien d’étiage 2020

A l’approche de la période des basses eaux (étiage) de l’Allier et de la Loire, quel est le remplissage des retenues de Naussac et de Villerest ?
Comment les retenues sont-elles remplies, après une année 2019 marquée par le plus important déstockage d’eau en soutien des débits de l’Allier et de la Loire, depuis la mise en service des barrages de Naussac (1983) et Villerest (1985), propriété de l’Etablissement public Loire qui en assure la gestion ?

Le stockage dans la retenue de Villerest a atteint le volume optimal de gestion de 130 Mm3 dès le 16 décembre dernier. Il reste depuis conforme au maximum prévu dans les règles et modalités de gestion du barrage.

A la fin de la campagne d’étiage 2019, le remplissage de la retenue de Naussac était de 46,4% (environ 86 Mm3), par rapport au remplissage maximal de 185 Mm3.
D’octobre 2019 à avril 2020, le stockage d’un peu plus de 87 Mm3 a permis qu’en date du 7 avril, le volume dans la retenue atteigne environ 173 Mm3. Cela correspond à environ 94% de son remplissage maximal, et est supérieur au taux moyen de remplissage en début de campagne de soutien d’étiage.
Le remplissage continue de s’effectuer, principalement par dérivation de la rivière du Chapeauroux, avec une perspective de remplissage total selon un scénario « moyen » (statistiques de débits mensuels observés pour les mois d’avril à mai). Il pourrait être complété par pompage, en tant que de besoin et dès lors que les conditions de débit de l’Allier le permettraient.
Le Règlement d’eau du barrage de Naussac prévoit le maintien d’un débit minimum de 2 m3/s à l’aval immédiat de l’ouvrage, à la confluence Allier-Donozau. Pour satisfaire à cette exigence, les premiers lâchers pourraient intervenir dans les 3 prochains jours. Ce serait seulement la 3ème fois en 37 ans de fonctionnement que le soutien des débits de l’Allier débuterait au mois d’avril.

L’ensemble des informations liées à la campagne de soutien d’étiage 2020 seront disponibles sur le site https://etiage.eptb-loire.fr.

Au moment où le pays et son fonctionnement sont affectés durablement par une pandémie d’une extrême gravité, l’Etablissement met en oeuvre tous ses moyens, afin d’éviter dans la mesure du possible qu’à cette crise s’en ajoute une autre, qui serait liée au manque d’eau sur les axes réalimentés de l’Allier et de la Loire.

(Version imprimable)

COMITE SYNDICAL DU 26 FEVRIER 2020

Le Comité syndical, présidé par Daniel Fréchet, s’est tenu le 26 février à Orléans.

Sur la partie financière, on retiendra les votes à l’unanimité du Compte Administratif 2019 et du Budget supplémentaire 2020.

Sur le plan opérationnel, on notera plus particulièrement des points d’information ou décisions en lien avec l’exploitation des ouvrages de Naussac et Villerest, l’évaluation et la gestion des risques d’inondations, ainsi que l’aménagement et la gestion des eaux.

A relever, au titre de la gestion des ressources humaines, la présentation des éléments de bilan social actualisés au 31 décembre 2019.

Retrouvez les principales décisions dans la synthèse, l’ensemble des délibérations du 26 février 2020  ainsi que le dossier de séance point par point.

Pt 1 ; Pt 2  ; Pt 3 ; Pt 4 ; Pt 5 ; pt 6 ; Pt 7 ; Pt 8 ; Pt 9 ; Pt 10 ; Pt 11 ; Pt 12 ; Pt 13 ; Pt 14 ; Pt 15 ; Pt 16 ; Pt 17 ; Pt 18 ; Pt 19 ; Pt 20 ; Pt 21 ; Pt 21 bis ; Pt 22

COMITE SYNDICAL DU 11 DECEMBRE 2019

Le Comité syndical présidé par Daniel Fréchet s’est tenu le 11 décembre 2019 à Orléans.

Sur la partie financière, on retiendra, préalablement au vote du budget primitif 2020, celui de la Décision Modificative n°3, n’entraînant pas d’appel à contribution ni à redevance complémentaire.

Sur le plan opérationnel, on notera plus particulièrement des points d’information ou décisions en lien avec l’exploitation des ouvrages de Naussac et Villerest, l’évaluation et la gestion des risques d’inondations, ainsi que l’aménagement et la gestion des eaux.
A relever, au titre de la gestion du personnel, l’autorisation de mise en place du télétravail au sein des services de l’Etablissement.

Retrouvez la synthèse des principales décisions, l’ensemble des délibérations ainsi que le dossier de séance (diaporama et point par point).

Pt 1 ; Pt 2 ;  Pt 3 ; Pt 4 ;  Pt 5 ; Pt 6 ; Pt 7 ; Pt 8 ;  Pt 9 ; Pt 10 ; Pt 11 ; Pt 12 ; Pt 13 ; Pt 14 ; Pt 15 ; Pt 16